Le diagnostic, c'est le traitement
Shizuto Masunaga


Les vertus du IOKAI SHIATSU

OBJECTIF

L'équilibre de notre organisme physique dépend de l'équilibre entre l'esprit et le corps. La souplesse du corps indique la flexibilité des attitudes physiquement et mentalement. - " Zen : Exercices visualisés " par Shizuto Masunaga

Pour le shiatsu des méridiens, le diagnostic et le traitement consistent précisément à détecter les déséquilibres qui peuvent se manifester dans les interactions entre les différentes qualités d'énergie. - " Les méridiens du shiatsu ", par Yves Kodratoff et Tilman Gaebler.

        

J'ai insisté sur l'importance d'apprendre avec le corps plutôt qu'avec la tête car c'est le point le plus vital dans les exercices de santé. - " Zen : Exercices visualisés ", par Shizuto Masunaga

Du shiatsu il se dégage 3 notions fondamentales :

- La notion d'écoute, au sens de compassion, est primordiale, c'est un élément clé de la communication qu'implique le Shiatsu. L'écoute juste est l'attitude correcte à avoir pour effectuer un Shiatsu adapté au Jusha (patient) et donc un outil important à développer. Pour se préparer en tant que Shiatsushi (praticien) il convient donc de prendre du temps pour savoir écouter en soi, sentir la circulation de l'énergie en soi.

- Écouter avec humilité, les mouvements de la vie. Dans l'ancienne approche orientale, la vie est le fruit de la rencontre entre le Ciel et la Terre, entre le Ying et le Yang, ce qui revient à écouter les mouvements naissants de cette rencontre entre Ciel et Terre.

- La capacité de perception des effets du souffle (au sens de ki) sur la matière. C'est l'influence du non-manifesté sur le manifesté. On ne perçoit pas le Ki mais on peut percevoir l'expression de sa circulation dans les méridiens décrits par la Médecine Traditionnelle Chinoise. Cette circulation, qui doit être libre, peut connaître des blocages dont les causes sont souvent multiples. En Shiatsu, on attachera de l'importance à savoir distinguer, écouter, les méridiens où l'énergie est en manque de ceux où l'énergie est en excès. Le praticien travaillera donc dans le sens de rétablir ce déséquilibre en remplissant le vide et ainsi aider à retrouver la libre circulation du Ki dans le corps.

PRATIQUE

La compréhension des déséquilibres des systèmes organiques demande une étude et une approche pratique des méridiens, ou vaisseaux subtils et invisibles qui traversent le corps et permettent à l'énergie nommée le Ki (énergie vitale) de circuler de manière harmonieuse. Le Ki représente la vie de même que le sang représente la vie.


     

La technique du Shiatsu repose sur l'harmonisation du mouvement, de la respiration et de l'esprit par :

- Des pressions stables et continues avec les doigts et les mains sur les voies empruntées par l'énergie (les "méridiens") ainsi que sur les points d'acupuncture pour l'équilibre de la libre circulation du Ki

- Des étirements et des mobilisations (travail sur muscles, tendons et articulations) afin de libérer les tensions et agir au niveau profond.

- Des exercices de respiration pour libérer les blocages d'ordre énergétique. Le plus important étant de savoir bien lier le souffle au mouvement.

- Des pressions, frictions, rotations, torsions pour tout le corps afin de développer le ressenti du corps et des méridiens du jusha.

LIEN PRATICIEN-JUSHA

L'efficacité du shiatsu s'inscrit dans un cadre dépendant surtout de la compétence du praticien, mais aussi, dans une certaine mesure de celui qui reçoit.

Le shiatsu établit un 'dialogue' entre le shiatsushi (le praticien) et le jusha, et nécessite de ce fait une communication adaptée afin d'en accroître l'efficacité.

     



La relaxation est rarement suffisante, mais constitue un outil de base fondamental pour pouvoir travailler de manière plus fine, sur les méridiens par exemple. La relaxation est une phase nécessaire pour calmer l'agitation, éviter la confusion de perception énergétique et globale du jusha. Ainsi le travail sur les méridiens sans relaxation préalable ne saurait être véritablement efficace dans la plupart des cas.

L'automatisme dans cette pratique n'est pas de mise ; au cours de l'apprentissage cependant un travail de répétition et de correction des gestes permet à terme de développer un outil fiable lié à une sensibilité de perception. Le shiatsushi doit donc savoir se rendre disponible pour une écoute juste et une bonne appréhension du jusha en présence.

NIVEAUX D'ACTION

Il existe différents niveaux d'action possible, parmi ceux-ci, on peut citer :

- apaiser les tensions articulaires, musculaires et nerveuses.

- retrouver le calme, le sommeil et le dynamisme.

- soulager les tensions physiques et psychiques.

- prévenir et calmer des troubles digestifs et intestinaux, respiratoires et circulatoires.

- soulager certains types de douleurs.

- retrouver sa capacité à récupérer (convalescence).

Le shiatsu permet par ailleurs de mieux des connaître, en révélant les tensions les plus profondes liées au psychisme.

Un traitement suivi à plus ou moins long terme peut déboucher sur une nette amélioration, voire une résolution durable de la problématique envisagée du moment, attention il ne s'agit pas ici d'affirmer que le shiatsu peut tout guérir bien évidemment.

Le shiatsu joue un rôle préventif, en stimulant le pouvoir naturel de guérison du corps.

- Il a une action positive sur l'équilibre de sa propre énergie.

- Il a une complémentarité dans le cadre du bien-être de la personne tant sur le plan
physique que mental.

- Il permet une plus grande conscience de paix et d'harmonie intérieures.